Il était une fois François Hollande et les africains!

Pour la première fois depuis son élection le 6 mai dernier, François Hollande le 24ème président de la république française entame une tournée africaine ce vendredi12 octobre. Au programme il y a tout d abord la très attendue étape de Dakar au Sénégal où le président français doit prononcer un discours à l’Assemblée nationale.
François Hollande et Macky Sall à l’Elysée en juin 2012. AFP PHOTO / BERTRAND GUAY
Un discours très attendu car il n’est pas sans rappeler celui très discuté qu’avait prononcé le prédécesseur de François Hollande. En effet l’ancien président français Nicolas Sarkozy avait affirmé le 26 juillet 2007 à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar devant des étudiants, des enseignants et des personnalités politiques que « la colonisation fut une faute » tout en estimant que « le drame de l’Afrique » venait du fait que » l’homme africain n’était pas assez entré dans l’histoire ». Ce dernier passage à susciter l’indignation de plusieurs intellectuels sur le continent mais aussi des réactions en France et un peu partout dans le monde. Depuis son élection François Hollande n’a cessé d’affirmer sa volonté de rompre avec le fameux concept de la Françafrique. A quoi va ressembler les nouvelles relations entre la France et les pays francophones africains? Attendons voir. En tout cas le nouveau locataire de l’Elysée semble être decider à faire bouger les choses du moins dans ces déclarations.
Après cette importante étape de Dakar au cours de laquelle le président français souhaite faire passer le message de soutien à la démocratie, à la croissance économique et au respect des droits del’homme, François Hollande est attendu à Kinshasa la capitale de la RDC République Démocratique du Congo pour le 14e sommet de la francophonie. La RDC de Joseph Kabila avec laquelle Paris n’a pas eu des mots tendres dernièrement. On se rappelle que le président français avait été assez dur à l’endroit du régime de Joseph Kabila . François Hollande avait declaré je cite « la situation dans ce pays est tout à fait inacceptable sur le plan des droits de l’homme, de la démocratie et de la reconnaissance de l’opposition ». Ce qui avait provoqué des mécontentements et des réactions dans l’entourage de l’homme fort de Kinshasa. Pour Lambert Mendé ministre de l’information de la RDC ces propos ne correspondent « à aucune réalité ». Le président Hollande va t il changer de ton une fois à Kinshassa? c’est l’un des enjeux certains de cette étape congolaise.
Des attentes…
« Loin des discours fleuves et souvent ambigus prononcés sur le continent par les grandes personnalités qui  séjournent en Afrique j’attends de ce discours qu’il respecte un peu plus l’homme africain ce qui n’avait pas été le cas avec le précédent prononcé par l’ancien président Nicolas Sarkozy » m’explique Karamoko Baba Donzo un étudiant africain de la diaspora. « Je souhaite que des mesures concrètes soient annoncer pour la libération du Nord Mali » espère un autre. »Je veux une rupture totale avec le passé qui veut que la France défende ses intérêts même au vu et au su des régimes loin de satisfaire les critères de démocratie de bonne gouvernance et de respect de droits de l’homme assure pour sa part Moustapha Sylla qui poursuit la France doit soutenir la jeunesse africaine et tous les régimes démocratiques face à tous les obstacles qui se posent en travers de leur chemin.
Bien qu’elle ne puisse résoudre tous les problèmes qui se posent à notre chère continent africain, bien que nous sommes les seuls à devoir changer notre continent, bien que le destin de l’Afrique se trouve dans les mains des africains, la France a tant minime que soit un rôle important à jouer pour aider à plus de démocratie et à plus de respect des droits de l’homme sur le continent car l’hexagone on ne peut le nier et l’Afrique francophone ont une longue et tumultueuse histoire commune.
Salut et à bientot chers lecteurs et lectrices!
The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *