La CAN 2013 à l’heure des bilans et des leçons

Les super eagles avec le trophée source rfi:fr
Les super eagles avec le trophée source rfi.fr

Après trois semaines de compétition les Super Eagles du Nigeria viennent de remporter la 29ème édition de la Coupe d’Afrique des nations qui s’est déroulé  en Afrique du Sud.Trois semaines au cours desquelles les équipes participantes à ce grand rendez vous continental ont donné le meilleur d’eux même.A l’arrivée ce sont les Super Eagles du Nigeria et les Etalons du Burkina Faso qui se sont disputés le très convoité trophée dans une finale à guichet fermé.

Comme d’habitude c’est le nigérian Sunday Mba qui a brisé le rêve burkinabé de sacre continental en inscrivant le seul but de la rencontre.On se rappelle que c’est le même Sunday Mba qui avait mit fin au rêve ivoirien en inscrivant le but de la victoire en demi finale.Ce talentueux joueur fait parti il faut le souligner d’un jeune et ambitieux groupe amené par un entraineur local expérimenté Stephen Keshi; que j’aime affectueusement appelé « le sorcier noir ». Comme il est de coutume un peu partout,après un tel évènement voici les leçons et les enseignements que je retiens de cette grandiose manifestation sportive.

Il n’y a plus de hiérarchie dans le football africain

A l’image de la précédente CAN qui s’était jouée en Guinée Equatoriale il y a de cela presqu’un an jour pour jour l’équipe qui a remporté le trophée continental n’était vraiment pas celle que l’on attendait à ce niveau.Pour rappel l’année dernière alors que la plupart des connaisseurs et spécialistes du football prédisaient une victoire des éternels favoris ivoirien en finale,ce sont les outsiders zambiens qui avaient remporté le trophée.

Cette année aussi,on attendait tout sauf les Étalons du Burkina Faso et les Super Eagles du Nigeria en finale.En effet cette finale est une première pour les Étalons Burkinabé. L’on se rappelle que lors de l’édition précédente les joueurs du Faso ne s’étaient même pas qualifiés pour les quarts de finale.Quand au Nigeria qui a toujours été un géant du football africain avec 2 sacres continentaux à la CAN,il avait perdu ces dernières années son statut de favori.Donc le moins que l’on peut dire est que Les deux finalistes ont surpris la plupart des observateurs par leur volonté,la cohésion et le jeu collectif qu’ils ont développé tout au long de cette compétition.

Désormais une chose est clair en matière de football africain: les hiérarchies n’existent plus et toutes les équipes sont conscientes qu’elles ont leur chance.Elles ne se laissent plus intimider par un quelconque statut de l’équipe adverse.Et à ce jour toutes les équipes aussi bien favorites qu’outsiders savent qu’ils ont les mêmes chance de finir le match en vainqueur.Les résultats des matchs sont dorénavant imprévisibles c’est d’ailleurs une particularité du football africain.Ces dernières années ont vu la hiérarchie habituelle complètement bafouée car les équipes favorites les plus titrées et les plus attendues ont été terrasser par « de bien petit poussin ». Les camerounais ,les ghanéens,les marocains …et j’en passe en savent quelque chose.

L’arbitrage n’a pas vraiment été à la hauteur ….

A mon avis c’est la plus grande déception de cette CAN 2013.Certains arbitres n’ont vraiment pas été à la hauteur de l’évènement allant parfois jusqu’à sombrer dans la subjectivité la plus totale.Les grosses boulettes de l’arbitre tunisien Slim Jedidi du match qui a opposé en demi finale le Ghana au Burkina Faso mais aussi celles de Daniel Bennet l’arbitre sud africain de Togo Tunisie ou encore de Gehad Grisha l’arbitre égyptien du match Zambie Nigeria n’ont laissé personne indifférent.Pas même la CAF la confédération africaine de football qui a réagit en suspendant pour une période qui est encore à déterminer le tunisien Slim Jedidi.Quand à la commission d’arbitrage elle n’a pas hésité à renvoyer de la compétition l’égyptien Gehad Grisha pour avoir sifflé un penalty litigieux en faveur des Chipolopolos zambiens.L’instance a même retiré son nom de la liste des officiels.

Au delà de ces sanctions largement mérités par ces arbitres fautifs je pense que la CAF et les différentes fédérations qui la composent,doivent inscrire aux chapitres de leurs priorités la formation et l’encadrement des arbitres pour éviter toutes sortes d’injustice à ce niveau de la compétition. Car sanctionner les fautifs est bien et juste,mais il est encore mieux d’investir et d’œuvrer pour améliorer le niveau des arbitres africains.Enfin il faudrait qu’à l’avenir la CAF revoit ces critères de sélection des arbitres devant officier ces genres de grands événements.

Les nations capables d’organiser de grands événements doivent se multiplier…

Des nations comme l’Afrique du Sud capables en un temps record d’organiser de grandes manifestations sportives comme la CAN doivent se multiplier au sud du sahara.Les pays stables qui connaissent la croissance doivent investir un peu plus que habitude dans le domaine sportif (construction des stades,revalorisation des championnats locaux,mise en place et financement des centres de formation tant bien pour les jeunes footballeurs que pour les entraineurs). Les hommes d’affaires et les riches magnats doivent savoir eux aussi que la meilleur façon de prouver son patriotisme n’est pas seulement de créer un parti politique mais c’est aussi investir dans des domaines comme le sport.Les championnats locaux méritent vraiment le coup de pousse de ces magnats subsahariens.

Et vous qu’avez vous pensez de cette compétition ? Quels sont les enseignements de cette CAN ? J’attends vos réactions et vos commentaires.

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

2 thoughts on “La CAN 2013 à l’heure des bilans et des leçons

  1. Pour moi en tant que Burkinabé je dois dire que je suis fière de mon équipe avant d’aborder sur le tournoi qui , à mon avis a été surprenant ; vu les pays que l’on attendait en finale disqualifiés et ce dont on attendait pas se qualifié !pour ma nation considéré comme pays pauvre mais aux ambitions déterminées ! Nous avons vécu une CAN enthousiasmé au Faso depuis la demi-finale jusqu à la finale .
    Les enfants tous se teintait en couleur du Drapeau et il y avait de l’animation partout .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *