Célébration du 8 mars : une africaine d’Ukraine s’exprime

Zeida Johanna Pucuta en compagnie de Mamady K.
Zeida Johanna Pucuta en compagnie de Mamady K.

C’est en 1977 que les Nations Unis ont officialisé le 8 mars comme la journée internationale des femmes.Depuis, cette date est devenue une sorte d’occasion idéale pour célébrer, rendre hommage à toutes les femmes, mais aussi exprimer son opposition à toutes les formes de violences, et d’injustices que subissent les femmes un peu partout dans le monde.

En ce jour spécial je vous propose de partager le quotidien de Zeida Johanna Pucuta une jeune angolaise qui a choisi de vivre loin de son pays natal pour ses études supérieures. Que l’inspire cette date du 8 mars ? A quoi ressemble la vie d’une jeune africaine en Ukraine loin de ses parents ? Quelles sont les rêves qu’elle chérie encore ? Ce sont autant de questions que nous avons posé à cette demoiselle assez décomplexée au cours de notre entretien.Lisez plutôt!

Présentez vous mademoiselle s’il vous plait pour nos aimables lecteurs et lectrices ?

Je suis Zeida Johanna Pucuta je suis de nationalité angolaise et j’ai un peu vécu aussi au Congo Brazzaville où j’ai d’ailleurs appris le français.

Le 8 mars est la journée internationale des femmes.Que vous inspire cette journée ?

Le 8 mars est une journée très importante pour moi.En ce jour, l’humanité toute entière célèbre la femme.J’aimerai que toutes les femmes se sentent aimer et en valeur car c’est vraiment important.Ce jour mérite vraiment d’être célébrer pour rappeler que certaines femmes ont des quotidiens vraiment difficiles.Je pense à celles qui subissent des violences de toutes sortes et de la maltraitance conjugale.Beaucoup de femmes  souffrent.En ce jour, je souhaite qu’on pense à ces femmes afin d’agir, de les aider et de changer les choses.Je pense qu’en ce jour il faut rendre vraiment un hommage bien mérité à toutes les femmes. Nous nous allons organiser ici une petite fête pour célébrer cette grande journée dédiée à la femme en générale.Il y aura vraiment des cadeaux, des bisous…

Qu’est ce que votre arrivée en Ukraine à changer en vous ?

Mon séjour en Ukraine a vraiment été une bonne expérience parce que ma vie avant l’Ukraine était plus ou moins une vie irresponsable.Je n’avais aucune responsabilité, je ne pensais qu’à m’amuser.Je ne gérais vraiment pas bien mon argent. Je ne pensais pas bien étudier.Comme j’étais chez moi au pays, je pensais que tout m’étais permis.Mon arrivée en Ukraine à changer ma personnalité, ma manière de penser.Je suis beaucoup plus engagée dans le cadre de mes études car je sais que je ne peux pas rentrer sans mon diplôme, sans ce que je suis venue chercher le savoir.Je suis devenue aussi plus responsable dans le sens que je gère mieux mon argent.Je ne dépense plus inutilement comme avant.Je vis à travers des calculs et avant de faire quoi que soit je réfléchis beaucoup dorénavant.J’ai aussi compris que l’on ne peut pas avoir tout ce que l’on veut mais on peut s’efforcer et se battre pour avoir ce que l’on aurait du avoir.

Pourquoi avez vous choisi de quitter votre pays natal l’Angola pour l’Ukraine ?

Très jeune j’ai longtemps chéri le rêve d’aller découvrir d’autres pays.J’ai toujours eu le goût de l’aventure.C’était pour moi un rêve, une sorte de curiosité de voir comment on vit ailleurs, les différentes cultures, les coutumes…C’est ainsi que je suis arrivée en Ukraine dans le courant de l’année 2011 pour des études en Géologie.

Zeida Johanna Pucuta
Zeida Johanna Pucuta

A quoi ressemble votre vie ici…comment faites vous pour joindre les deux bouts dans ce pays où tout ou presque vous est étrange à commencer par la langue, la culture et j’en passe ?

C’est difficile mais on y arrive quand même.L’aide des parents est la chose principale et indispensable en Ukraine.Sans cette aide on ne peut pas du tout vivre en Ukraine.On est obligé d’être un peu plus responsable et de se planifier pour s’en sortir.

Quels conseils donnez vous à toutes les femmes et jeunes filles qui elles aussi chérissent le rêve de l’aventure ?

Il faut vraiment être prêt avant de penser à partir.Il faut vraiment se préparer et être prêt à beaucoup de sacrifice, parce que je ne le cache pas ce n’est pas facile la vie dans nos pays d’accueil.Ici on ne connait personne, on ne maîtrise pas bien les langues, les coutumes, les cultures, les mœurs.Il faut vraiment être prêt sur tous les plans.Il faut vraiment éviter de se réveiller du jour au lendemain et se dire bon je m’en vais vers des horizons sur lesquels on a aucune idée…Mais je pense que toutes ces expériences sont aussi nécessaires et elles méritent d’être vécues.Pour moi l’aventure est un mal nécessaire.Je dois aussi dire qu’il faut surtout éviter de venir illégalement car c’est vraiment très dangereux.Il y a d’énormes risques que je ne pourrais même pas tous citer.Ils faut surtout éviter la clandestinité ici.

Comment envisager vous personnellement votre avenir ?

Je pense finir mes études en Ukraine afin de rentrer dans mon pays, commencer à travailler, me trouver un bon mari, fonder une famille, aider ma famille et ainsi apporter ma pierre précieuse au développement de ma chère patrie l’Angola.

Merci et bon vent à vous.

Bonne fête à toutes les femmes du monde et particulièrement à ma merveilleuse mère, mes aimables lectrices, aux chères collègues mondoblogueuses, et à la grande Raphaelle Constant de l’équipe Mondoblog.

A bientôt chers lectrices et lecteurs.

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

3 thoughts on “Célébration du 8 mars : une africaine d’Ukraine s’exprime

  1. La femme a sa place et chez homme donne le lui. Arrêtons de nourrir nos différents égoïsmes.

    Comme a dit Zeida, j’invite aussi les femmes à ne pas faire de cette journée, une simple journée de folklore mais une journée de profonde réflexion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *