Afrique mon Afrique, un parcours en cinq titres

Le célèbre reggae-man ivoirien Tiken Jah Fakoly Source: Wikimedia commons
Le célèbre reggae-man ivoirien Tiken Jah Fakoly Source: Wikimedia commons

Le parcours africain en cinq chansons pourrait bien être  le titre assez subjectif de ce billet un peu spéciale que je décide enfin de publier. Depuis l’indépendance des états africains et la création de ce qui était alors l’organisation de l’unité africaine, le berceau de l’humanité a connu de nombreuses mutations dans tous les domaines socio-politiques, culturels, économiques, sportifs et j’en passe.

Si l’on me demandait qu’est ce qui raconte le mieux le ressenti, le parcours, ainsi que les problématiques liées à chaque étape importante de l’évolution du continent, je répondrais subjectivement les artistes, en lieu et place des médias d’états locaux qui ne laissent souvent que très peu s’exprimer la diversité. Et oui la musique pour être encore plus précis raconte mieux le quotidien, encore mieux le vécu et surtout les sentiments à tel ou tel autre moment de l’histoire. Je vous propose sans tarder une ballade musicale histoire de parler un peu d’histoire, de parcours, mais aussi d’actualité et d’espoir le tout à travers 5 chansons. Êtes vous prêt alors c’est parti.

Tout commence par la ferveur, la grande joie des populations dont les pays accèdent enfin à l’indépendance dans les années 1960 pour la plupart. Considérés à l’époque comme des héros, les jeunes leaders exultent et peuvent enfin faire rêver les populations de lendemains meilleurs… C’est cette ferveur que chante en janvier 1960 le célèbre  congolais de la RDC Joseph Kabasele Tshamala dit « Le Grand Kalle » auteur du titre culte indépendance Tcha Tcha juste quelque mois avant l’accession du Congo belge à l’indépendance.

Peu à peu l’optimisme populaire, et le rêve de lendemains meilleurs laissent de plus en plus place au sceptisme et parfois même au pessimisme. Les nombreux partis uniques commencent à étouffer les populations et les leaders. De plus en plus de voix discordantes commencent à se faire entendre. Le divorce commence à être consommer entre certains leaders et les peuples. C’est comme cela que dans certains pays, les geôles commencent à s’emplir d’opposants ou « d’amis gênants ». Cela impliquant les nombreuses patrouilles ainsi que la violence policière, mais aussi le non respect des droits de l’homme etc…Je vous propose la chanson culte qui symbolise la dénonciation des violences policières il s’agit du titre « Brigadier Sabari » de l’ivoirien Alpha Blondy.

Je ne pouvais pas évoquer 50 ans de parcours africains sans pour autant évoquer ces « relations ambigus » qu’entretiennent les anciens colonisateurs avec le continent. Vous l’aurez compris je parle de « Françafrique », de néo-colonialisme et que sais je encore. A mon humble avis l’ivoirien Tiken Jah Fakoly est celui qui l’évoque le mieux. Si vous ne l’avez pas encore fait, écoutez ce titre Françafrique issu de l’album du même nom et vous comprendrez tout.

J’ai pensé aussi rendre hommage aux femmes africaines. Nos braves mères, sœurs, cousines, tantes, nièces à travers cette chansons du malien Salif Keita. L’Afrique c’est aussi certainement ces dames que rien ou presque n’ébranle.  Les femmes méritent mieux que le fait d’être les premières victimes de l’instabilité de certains états. Elles devraient bénéficier de protection, et surtout de plus de droits. Vivement les prises de conscience, vivement la promotion des droits des femmes.

http://www.youtube.com/watch?v=ynnrg3Ogrys

Pour finir cette belle ballade musicale nous allons faire un tour en Afrique anglophone. Précisément au Nigeria pour évoquer un groupe, un de ceux qui nourrissent de nombreux jeunes africains d’espoir et de rêves. Cela pour dire que malgré toutes les difficultés, les situations difficiles et même la guerre dans certains pays comme la Somalie, le Mali, la Centrafrique, les africains ont en eux cette chose, ce génie qui leur permet de réaliser de grande voire même de très grande œuvre. Paul et Peter en sont l’exemple frappant. Les deux jumeaux membres du groupe nigérians P Square, sont partis de presque rien mais ils ont réussi à toucher les sommets. C’est tout simplement la preuve que l’on doit continuer à se battre, à travailler dur pour espérer changer notre environnement immédiat, car actuellement l’Afrique c’est cela aussi le dynamisme, la jeunesse, la croissance, mais aussi et surtout l’espoir.

Merci chers lecteurs et lectrices j’espère que vous avez aimez notre ballade musicale, vos commentaires et réactions sont les bienvenus à bientôt.

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

7 thoughts on “Afrique mon Afrique, un parcours en cinq titres

  1. Un tour d’horizon qui n’est pas sans me rappeler les chroniques de l' »Afrique enchantée », avec une petite touche de Mamady en plus! Je suis fan, je vais de ce pas mettre ton article dans mes favoris. Et bon choix musicaux, si je devais n’en retenir qu’un, je choisirais le titre de Salif keïta « Moussolou », évidement! Merci de nous permettre de réécouter ces belles chansons.

  2. merci pour la mention au Grand Kalé. pour alpha blondy je prefere « la démocratie du plus fort est toujours la meilleur… » , j’ai oublié le titre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *