Guinée : le 28 septembre la date de tous les espoirs ?

Le Palais du Peuple siège de l’Assemblée nationale Guinéenne Wikimédia Commons
Le Palais du Peuple siège de l’Assemblée nationale guinéenne Wikimédia Commons

Ce 28 septembre je me réveille un peu plus tôt que d’habitude. Je me sens un peu comme un détenu qui vient de sortir de geôle après avoir purgé une longue peine. En effet, c’ est aujourd’hui que cinq millions de compatriotes guinéens sont appelés aux urnes pour doter enfin la Guinée d’une Assemblée nationale l’organe législatif qui se faisait attendre depuis près de trois ans .

Ce scrutin est censé tourner définitivement la page de la transition politique en cours dans le pays depuis le coup d’Etat militaire de décembre 2008 qui avait porté au pouvoir le Conseil national pour la démocratie et le développement du capitaine Moussa Dadiss Camara.

Ces législatives mobilisent un peu partout tant bien au niveau des partis politiques qu’au niveau des populations locales. Tenez pour 114 sièges, la Commission électorale nationale indépendante Cénia a enregistré environ 1714 candidatures.

« Dès les premières heures de la matinée, les files d’attente devant les bureaux de vote ne font que s’accroître » m’explique un ami sur place, que je viens d’avoir au téléphone.

Pour la plupart des membres de la communauté guinéenne vivant en Ukraine ces élections représentent un réel espoir de revoir la Guinée dans le concert des nations démocratiques.

Papi Donzo est étudiant en mines à Dnipropetrovsk; c’est dans le centre de l’Ukraine. Pour lui ce jour de vote en Guinée lui inspire un réel sentiment de joie et de victoire.

« Après tant de violences et de troubles, le vaillant peuple de Guinée est enfin en train de surmonter le cap de ces législatives qui se sont trop longtemps fait attendre ».

Même sentiment pour Ousmane Camara  un autre étudiant guinéen d’Ukraine qui espère pour sa part que « la volonté du peuple de Guinée sera respectée et que les lendemains de scrutin ne seront pas émaillés de violences »

Les attentes vis-à-vis de ce scrutin …

En Guinée lorsque l’on parle du 28 septembre il est difficile de ne pas avoir une pensée à l’endroit de toutes celles et de tous ceux qui sont tombés en 2009 au stade du même nom victime d’une des plus brutales répressions que le pays n’a jamais connu.

C’est aussi à cette même date de l’année 1958 que le peuple de Guinée comme un seul Homme a dit « non » à tout aménagement du système colonial (projet de communauté franco-africaine du général de Gaulle).

Pour Papi Donzo,ces élections qui se tiennent enfin un 28 septembre sont tout à fait un grand signe, celui de voir la Guinée et les Guinéens « prendre un nouveau départ et mettre fin de façon définitive à la violence politique dans ce pays ».

Le jeune étudiant espère aussi que cette nouvelle assemblée examinera la question de la revalorisation des bourses d’entretien des étudiants guinéens à l’étranger.

Quant à N’fa Ousmane Camara, il espère que « cette nouvelle Assemblée nationale sera à la hauteur de sa tâche, et il contribuera de façon remarquable à redorer le blason de cette institution, mais aussi en votant des reformes bénéfiques au peuple de Guinée sans aucune distinction… »

A bientôt chers lecteurs et lectrices !

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *