La publicité intempestive dans un pays hors de contrôle

Affiches publicitaires un peu partout. Crédit photo : Phillipe Dacruz

Quand on arrive à Cherkassy, petite ville d’Ukraine d’environ 300000 habitants l’un des faits qui attire le plus l’attention c’est la publicité. Des affiches publicitaires un peu partout. Sur la majorité des murs des immeubles de la ville, sur les poteaux électriques. Même les arrêts de bus ne sont pas épargnés par l’affichage publicitaire sauvage.

La publicité intempestive est devenu un problème, à tel point que des voix commencent à se lever dans la cité pour lutter contre ce phénomène. C’est le cas de l’activiste Lida Karsdorp qui prévoit de rejoindre le projet «Vivisca Lab» un regroupement de designer qui prévoit d’assainir la ville, et de la rendre plus belle.

Pour elle, il faut que les autorités s’intéressent à ce phénomène qui renvoie une mauvaise image de la ville, et il ne faut plus perdre de temps.

«L’heure est venue pour lancer de grandes campagnes de sensibilisation. Il faut informer les gens et les sensibiliser pour éviter d’afficher de la publicité un peu partout. Quant aux autorités, il faut des lois pour punir ceux qui font de l’affichage sauvage à tous les coins de rues » nous explique Lida Karsdorp.

Crédit photo : Phillipe Dacruz

Pas seulement qu’à Cherkassy…

Ce problème n’est pas propre à la ville de Cherkassy. Les autres grandes villes d’Ukraine font elles aussi face à ce phénomène. Il est peut-être temps que les autorités prennent ce problèmes à bras le corps pour le plus grand bonheur de Lida et de ses amis du projet «Vivisca Lab ».

Et chez vous, quand est-il ? Y a-t-il des affiches publicitaires à tous les coins de rue ? Comment peut -on lutter contre ce phénomène ? Vos avis et réactions sont les bienvenus.

Phillipe Dacruz et Mamady Keita

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *