La Guinée a une CENI « consensuelle »: est ce suffisant pour des législatives crédibles ?

CENI Guinéenne

C’est la cour suprême de Conakry qui a servi de cadre le jeudi 1er novembre dernier à la cérémonie de prestations des nouveaux commissaires de la CENI; la commission électorale nationale indépendante guinéenne. Le précédent président de la CENI Lounceny Camara avait demissioné suite à plusieurs mois de protestations des acteurs politiques majeures de l’opposition qui mettaient en doute  sa neutralité; le jugeant assez proches de la mouvance présidentielle. Les protestations et l’impasse qui en résultaient ont conduit Lounceny Camara à rendre le tablier  le 5 septembre dernier en présentant sa lettre de démission au président Alpha Condé. Une lettre dans laquelle il expliquait qu’il ne souhaitait pas que « sa présence à la présidence de la CENI hypothèque l’organisation des législatives » .

Pour remplacer le controversé Lounceny Camara  à la tête de la CENI les vingts cinq nouveaux commissaires de l’institution issus de la mouvance présidentielle, de l’opposition et de la société civile les syndicats y compris, ont choisi par vote Bakary Fofana ancien ministre des Affaires etrangères dans le gouvernement de transition qui a conduit le pays jusqu’à la dernière élection présidentielle de 2010. Il était représentant de la société civile au sein de la CENI. Bakary Fofana, le nouveau président de l’institution en charge des élections en Guinée élu pour un mandat de 7ans sera acompagné de 2 vices présidents: Hadja Biya Diallo pour l’opposition (Union des forces démocratiques de Guinée première formation politique de l’opposition) et Ibrahima Kalil Keita de la mouvance présidentielle. L’ équipe dirigeante de l’instituttion aura pour rapporteur Mamady Condé représentant du PEDN le parti de Lansana Kouyate ancien premier ministre. La nouvelle trésorière de l’institution est Oumourou Sanoh de la mouvance présidentielle.

Dès sa prise de fonction le nouveau président de la CENI fait de la finalisation du processus de transition un défit majeur qui s’impose à l’institution et à tous les acteurs de la scène politique guinéenne.D’ailleurs il  appele les uns et les autres à «  agir ensemble, aller très vite mais très bien dans une communion d’idées et d’actions vers l’atteinte de l’objectif commun de nos concitoyens, celui de l’organisation d’élections crédibles, transparentes et pacifiques dont les résultats doivent être acceptés par tous ».

Le nouveau président de la CENI Bakary Fofana

En participant à la cérémonie de prestation de serment des nouveaux commissaires de la CENI les acteurs majeurs de la scène politique guineenne mouvance présidentielle et opposition montrent qu’ils accueillent favorablement la nouvelle institution. Même si l’ opposition proteste encore contre une « modification de sa liste ». En éffet elle a introduite un recours à la Cour suprême pour que leur dixième commissaire omis de la liste soit remise à sa place. La mise en place de cette CENI consensuelle reste un pas majeur vers l’organisation des législatives censées mettre un terme à la transition et finaliser le retour éffectif à l’ordre constitutionel. Mais cette avancée suffira t-elle à rendre les prochaines législatives transparentes, crédibles, inclusives et accepetées par tous ?  Rien n’est moins sûr. En effet on se rappelle que malgré que la réforme de la CENI était l’une des principales revendications de l’opposition, elle n’est pas la seule .L’opposition réclame en plus entre autres le départ de l’opérateur de saisie de la CENI le sud-africain Waymark. D’ailleurs Fodé Ounssou Fofana de l’UFDG (parti d’opposition) a precisé sur Guineenews un site d’information « que cette CENI est une avancée importante »avant d’ajouter que « le combat était loin d’être terminé ».

Cependant espérons que la nouvelle CENI soit à la hauteur et qu’elle franchisse tous les obstacles qui se posent en travers de l’ organisation de ces législatives qui ont longtemps été attendues par le vaillant et patient peuple de Guinée.Des législatives qui doivent être inclusives et crédibles aux yeux de l’opinion nationale et internationale. Car la nouvelle Guinée pour se construire aura besoin de tous ses fils sans exclusion.

L’actualité politique guinénne vous inspire une réaction, vous pouvez réagir juste en dessous dans la partie commentaire. Merci pour la visite sur le blog et les commentaires.

Salut et à bientot j’espère.

 

 

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

2 thoughts on “La Guinée a une CENI « consensuelle »: est ce suffisant pour des législatives crédibles ?

  1. Espérons que cette nouvelle CENI soit à la hauteur et qu’elle puisse franchir les multiples obstacles qui peuvent mettre en cause la crédibilite de ces élections législatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *