Le mariage mixte que faut-il en penser ?

Source: google

Après avoir brillamment achevé ses études supérieures en Ukraine,  l’heure de rentrer au pays avait sonné pour Badarou, le fils aînée d’une grande famille de 7 enfants, dont le voyage et les études dans ce pays d’Europe de l’est avaient coûté à  la famille plusieurs années d’économies faites par son père; un vieil instituteur au seuil de la vieillesse avec un sens de l’honneur et une probité  morale remarquables. Il était temps qu’il se retourne pour apporter sa pierre précieuse à l’édification de la patrie. Il avait toujours cru que le moment de rentrer au bercail avec son diplôme allait être l’un des plus heureux de toute son existence. Voila enfin après tant de nuits blanches pour revoir et apprendre ses cours, ce moment était enfin arrivé. Cependant contrairement à la joie et le bonheur qu’il avait prévu de ressentir en ce moment important de sa vie, il avait sur le coeur du chagrin,et des remords. Et pour cause, c’est à ce moment qu’il réalisait qu’il ne pouvait pas si facilement effacer tous les souvenirs, tous les liens qu’il avait tissé avec l’Ukraine. Et parmi les questions qui le troublaient le plus figurait en bonne place la suite à donner à sa relation vieille de 3 ans avec la belle et douce Anastasia; une belle ukrainienne dont Badarou a fait la connaissance quelques années plus tôt.

Et bien après avoir longtemps réfléchi, il décida de la demander en mariage et de rentrer avec elle en Guinée, le bercail. Malgré les réserves de ses parents vis à vis de ce jeune homme, Anastasia accepta la proposition d’épouser Badarou. Et ensemble ils s’envolèrent pour la Guinée pour célébrer l’évènement et entamer leur nouvelle vie de couple. Tout se passera bien, avait promis Badarou à Anastasia. Au fur et à mesure que les mois passaient, Anastasia, habituée à avoir tout le temps Badarou à ses cotés commençait à se sentir de plus en plus seule dans cette grande maison que les deux amoureux avaient loué à Kipé un quartier de la banlieue de Conakry. Il faut dire que le travail d’ingénieur civil que Badarou exerçait prenait tout son temps. Ajouté à cela, le jeune homme prenait assez de temps pour s’assurer que la grande famille composée de parents, de cousins,de tantes ,d’oncles,de frères,… ne manquaient de rien. En plus de ces facteurs, il faut dire qu’Anastasia et les membres de la famille de Badarou se regardaient en chiens de faïence après les moments d’euphorie qui ont suivi l’arrivée en Guinée du jeune couple. Anastasia ignorait que chez nous les épouses doivent se résigner et ne pas tenir compte des provocations de la belle mère ou de la belle soeur. Elle avait choisi de répondre coup pour coup. Ce qui a contribué à tendre les relations avec la belle famille. De plus en plus elle s’enfermait dans la chambre conjugale pour pleurer et s’attrister sur son sort dans ce pays où elle n’avait ni père, ni mère, ni frère, ni soeur,…C’est ainsi qu’elle comprit que sa place n’était pas là et qu’elle devait rentrer car elle ne se sentait pas suffisamment forte pour affronter tous les obstacles qui se dressaient sur son chemin depuis son arrivée dans ce pays où tout ou presque était étrange pour elle. Elle décida de rentrer chez elle mais elle promit à Badarou de revenir très bientôt. Bien qu’il ne comprenait pas bien l’attitude de son épouse, qui juste il y a deux mois arrivait à Conakry, Badarou accepta sans savoir ce qui allait devenir l’adieu à la douce Anastasia.

Il est vrai que l’on ne peut résumer la question du mariage entre deux personnes de cultures différentes, de nationalités différentes,…à cette vraie histoire qui m’a été racontée par un ami, cependant plusieurs obstacles se dressent sur le chemin de la réussite et de la longévité d’un tel mariage. Quoi qu’il en soit ce sujet passionne et fait énormément couler  de salive. Chacun à sa petite idée là-dessus. Par exemple N’fa Ousmane Camara, un étudiant m’explique qu’il déconseille un tel mariage, car selon lui une telle union est souvent basée sur les intérêts et non les sentiments. Il y a trop d’obstacles qui s’opposent à la réussite et la longévité d’un tel mariage. Pour sa part Karamoko Baba Donzo  explique « qu’il ne voit aucun mal dans le mariage mixte ». » Un tel mariage permet le dialogue des cultures, permet de profiter des cotés positifs des deux cultures » poursuit-il. Pour ce jeune étudiant « il n y a pas d’obstacles que l’amour ne peut franchir ».

Malgré toutes les différences de croyance, de culture…« après tout, les époux restent un homme et une femme non? » remarque pour sa part Olivier Roger, journaliste émérite.

Et vous que vous inspire cette question de mariage mixte ? Vos réactions seront les bienvenues dans la partie commentaires.

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

One thought on “Le mariage mixte que faut-il en penser ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *