Jonylah ou l’histoire réelle de la petite fille qui ne voulais que vivre

Source : Google images
Source : Google images

Chicago, lundi 12 mars dernier. Alors que Jonhattan Watkins le père de la petite Jonylah 6 mois seulement s’affairait à changer la couche du bébé, un homme armé s’approche de la voiture Chevrolet Venture dans laquelle se trouve la petite Jonylah et son père, avant d’ouvrir le feu et prendre la fuite par la suite. La petite Jonylah est mortellement touchée par 5 balles au niveau du foie, des poumons, des jambes, de l’épaule et de l’intestin.

Transportée d’urgence à l’hôpital pour enfant de Comer, la petite Jonylah succombera à ses blessures mardi matin. Cette tragédie à beaucoup émût les habitants de la mégalopole de l’Illinois.En effet, Chicago s’est révélée ces derniers temps comme l’une des villes les plus dangereuses des États-Unis avec 43 meurtres seulement pour janvier le taux le plus élevé au cours des dernières années. Entre Janvier et fevrier, 57 personnes ont été tués dans la ville la plupart victimes des nombreux gangs qui font régner la terreur particulièrement dans le sud de la ville.

Quoi qu’il en soit l’émotion provoquée par cette tragédie dépasse largement les frontières de l’Illinois et des États-Unis. Depuis que j’ai appris cette tragique nouvelle, je peine toutes les nuits à fermer l’œil. Surtout lorsque je pense à tout l’amour à toute la joie et à toutes les émotions que Jonylah aurait pu faire ressentir à ses proches, à Chicago, à son Illinois natal, aux Etats Unis et peut être à notre monde qui sombre avec le temps, de plus en plus dans la folie de la terreur. Quand je regarde le sourire de la petite Jonylah sur toutes ses photos qui circulent sur le net, je me dis que ce sont des rêves, qui ont été brisés par ce acte ignoble, odieux et insensé. Ceux de voir quelques mois plus tard la petite Jonylah faisant ces premiers pas, les rêves de voir quelques années plus tard la petite Jonylah entamée ses études au collège, au lycée puis à l’université pour peut être devenir une brillante femme médecin et sauver des vies, donner de l’amour et de l’espoir autour d’elle, à quelques uns de ces personnes qui en appellent de tout leurs vœux. Ce sont tous ces rêves et peut être cette vie, ce beau parcours que ces 5 balles ont anéanti à jamais. Alors je suis triste et il n y a pas de mots suffisamment forts et justes ni pour me consoler ni pour vous décrire parfaitement mon émotion face à ce drame.

Johnattan Watkins le père de la petite Jonylah est âgée de 28 ans. Il a également été blessée lors de la fusillade et est hospitalisé. Cependant il se trouverait dans un état stable selon la chaine américaine d’information NBC Chicago. Selon la police, Johnattan Watkins était la cible de la fusillade. Il aurait un lourd casier judiciaire avec des arrestations et des affiliations à des gangs.

Une récompense de 15000 dollars a été mise pour toute information menant à une arrestation dans l’affaire de la mort de Jonylah.

Pendant que l’enquête ouvert par la police suit son court cette tragédie a émut plusieurs personnalités et célébrités parmi lesquels le maire de la ville Rahm Emanuel. D’ailleurs une de ces célébrités, le joueur des Chicago Bulls en NBA Derrick Rose offre son aide pour tous les frais liés au funéral du bébé. Pour sa part le rappeur engagé originaire de Chicago Lupe Fiasco a rendu hommage au bébé assassiné dans un morceau spécial rendu public ce 15 mars dont le titre est Jonylah Forever (Jonylah pour toujours).

http://www.youtube.com/watch?v=HGN2-l8h7UA

Plusieurs ONG se mobilisent désormais sur place pour lutter contre la violence. Quand à Judy Watkins la mère de Jonylah, elle à pour sa part souhaiter que le meurtrier soit retrouver afin qu’il paye pour ce crime d’une violence inouïe.

Ce nouveau drame survient au moment où le président américain Barack Obama envisage de durcir sérieusement la législation sur le port d’arme avec entre autres des mesures comme l’interdiction des fusils d’assaut et le contrôle des antécédents des demandeurs d’armes. Une bataille qui s’annonce rude car plusieurs élus et certains états sont opposés à toute réglementation renforcée sur la vente et la détention d’arme à feu. Cependant je ne perds pas espoir et j’espère que le président Obama réussira à faire passer cette importante loi tant bien à la chambre des représentants qu’au Sénat.

En attendant que justice soit faite, repose en paix Jonylah.

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

12 thoughts on “Jonylah ou l’histoire réelle de la petite fille qui ne voulais que vivre

    1. Elle m’a vraiment ému moi aussi cette histoire.Comme tu le dis très bien Thierno la seule chose à espérer maintenant est que le meurtrier soit vite démasqué pour que justice soit faite.

  1. Ou va notre monde? Soyons des artisans de paix.

    Quelle tristesse cet acte a t il produit pour cette famille? Oh!

    Ne laissons pas les penchards sombres de nos pensés prendre le dessus sur nous.

  2. je comprends bien ton émotion, mais j’avoue que quand je me rend compte de ce que l’Etat est capable d’infliger aux citoyens – voir l’affaire des banques en chipre -, je me dis que les américains ne laisserons jamais tomber leur droit au port d’armes et je les comprends.
    Mais face à une telle tragédie, que faire? je me suis senti comme ça après la mort de Hugo Chavez…. vide au plus profond de moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *