Et si le monde pouvait être à l’image de ce parc touristique ukrainien

Une petite vue sur le park Shevchenko de Dnipropetrovsk Crédit photo : Mamady K.
Une petite vue sur le park Shevchenko de Dnipropetrovsk (Crédit photo : Mamady)

Le printemps s’annonce beau au pays du grand froid. C’est le moment idéal pour les promenades dans les rues de Dnipropetrovsk l’ukrainienne qui retrouve toute sa splendeur et sa beauté. Il faut dire que le soleil au pays du grand froid fait plaisir à tous. C’est le moment de flâner dans les rues de la ville. C’est justement lors d’une de mes nombreuses promenades actuelles que j’ai découvert le parc touristique « Schevchenko » de Dnipropetrovsk un endroit où viennent se côtoyer tous les âges, toutes les classes sociales, mais aussi des personnes issues d’origines différentes.

Ce park est un endroit calme et bruyant à la fois, où le permis et l’interdit alternent fraternellement. C’est étrange, mais je m’apprête à vous dire que le park Shevchenko m’a parlé.  Et je crois l’avoir entendu. Et oui, Le parc et son message pour la Guinée, et le monde m’ont fait l’honneur.

L’ethnocentrisme, le racisme, le régionnalisme … à bas

Quand vous arrivez dans cet endroit sympathique, vous êtes accueillis par un message du genre « Soyez la bienvenue », un message inscrit sur le grand mur d’entrée qui ne vous demande pas de quelle race vous êtes, ou encore moins de quelle ethnie ou région de la Guinée vous êtes originaire. Et oui de quelle ethnie êtes vous ? « Une question qui dans la plupart des cas n’est pas vraiment nécessaire », rétorque Peter, un étudiant rencontré sur les lieux. Le jeune guinéen poursuit que la plupart des problèmes auxquels font face « la Guinée notre chère patrie sont liés à l’ethnocentrisme ».

« Pourtant je suis certain que lorsque les Soussous, les Malinkés, les Peuls, les Forestiers (les différentes ethnies qui peuplent la Guinée) se donneront la main, la Guinée ne pourra qu’aller mieux. C’est dans l’union, la mise en commun des efforts que l’on deviendra plus fort et capable de réaliser de grandes œuvres cela doit être compris par la population et par les leaders politiques. Après un peu plus d’une cinquantaine d’années d’indépendance mon pays mérite de connaitre le progrès; surtout avec tous les cadres, intellectuels et ressources naturelles que nous recelons », conclut Peter Béavogui.

Je me rappelle avoir vu aussi dans ce parc des vieillards sourires aux lèvres jouant aux jeux de dames et d’échecs, mais aussi des amoureux se tenant les mains les uns les autres, échangeant des mots doux. Ces mots là même qui font du bien rien qu’à les entendre, mais aussi font oublier toutes les difficultés, et toutes les contraintes d’un monde à la dérive qui sombre impuissamment tous les jours un peu plus dans la folie. Et oui je me rappelle avoir rencontrer des couples qui rêvent et qui rêvent encore, des petits enfants riant aux éclats et courant dans tous les sens. Quelque part dans ce parc je me souviens aussi avoir vu des amis subsahariens se promenant et profitant eux aussi de la douce brise tout en rappelant leur nostalgie, leur solitude, et leur quotidien parfois difficile.

Dnipropetrovsk non loin du parc Shevchenko Credit photo Mamady K.
Dnipropetrovsk non loin du parc Shevchenko Credit photo Mamady K.

Malgré toutes les différences que présentent ces hommes et dames, ces adolescents et adolescentes, ces vieillards, ces jeunes garçons et fillettes pleines d’énergie  je suis certains qu’ils étaient tous heureux d’être en paix, d’être libre, et de pouvoir profiter tous du soleil et de la brise.

Et oui la paix, un mot de quatre lettres qu’on aimerait beaucoup voir au Mali, en Somalie, en Syrie, dans les territoires palestiniens,… bref dans tous les pays du monde. Anastasia une jeune étudiante ukrainienne rencontrée sur les lieux me confiait sourire aux lèvres qu’au parc « le soleil, la brise, et la bonne humeur il y en assez pour tout le monde ». Moi je vous confierai être certain que le monde est si grand qu’il y a assez de place pour tous, et que nous pouvons y vivre tous en paix et libre.

Liberté et pas libertinage …

Au parc nous étions tous libres d’aller et de revenir à notre guise, nous étions libres de profiter de la brise. Cependant, il était aussi question de respecter l’environnement et la liberté des autres. Et oui vous êtes libres de jouer au jeu de cache cache, de profiter d’un pique-nique au soleil, de courir ou de marcher. Vous êtes même libres d’organiser des manifestations de protestation. Et oui des manifestations sans pour autant craindre de débordements. Oh si seulement les choses pouvaient se passer de la sorte dans mon pays ce serait fort appréciable. Et oui si seulement dans mon pays les manifestations politiques pouvaient ne pas toujours être synonyme de casses d’édifices publiques, de pillages des biens d’autrui, mais aussi de répression brutale et parfois sanglante de la part des forces de l’ordre je vous assure que ce serait fort appréciable. Et plus grave souvent ces crimes commis lors des manifestations restent impunis au vu et au su de tous.

Vieillards jouant au jeu d'échecs. Crédit photo : Mamady K.
Vieillards jouant au jeu d’échecs. Crédit photo : Mamady K.

Et oui si seulement comme dans ce parc, on pouvait dans mon pays ne pas jeter n’importe quoi n’importe où, je crois que nos rues et endroits publics seraient bien plus propres qu’ils n’ont l’air aujourd’hui. Et oui mon pays serait bien meilleur si comme dans ce parc, le respect des libertés d’autrui et de la loi étaient de rigueur.

Le changement et le progrès pour une Guinée meilleure et un monde en paix commencent maintenant par une prise de conscience de la part de chacun d’entre nous. Alors que personne n’attendent plus rien, pour faire passer autour de lui ce message d’acceptation mutuelle et de paix car c’est aussi ensemble que nous y arriverons.

Merci et à bientôt chers lecteurs et lectrices.

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

4 thoughts on “Et si le monde pouvait être à l’image de ce parc touristique ukrainien

  1. Ah Mamady si tu savais comme moi aussi, je veux que le monde soit à l’image de ce parc Ukrainien. Malheureusement, pas possible. Le monde est tellement plus difficile. Moi, j’ai aimé cette visite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *