Ukraine : inquiétudes et craintes de la diaspora estudiantine africaine

Manifestants dans le centre de Dnipropetrovsk photo de Denis Motorina
Manifestants dans le centre de Dnipropetrovsk : photo de Denis Motorina

Depuis le début de la crise ukrainienne, craintes et inquiétudes sont deux mots qui décrivent assez bien le sentiment général qui prédomine au sein de la communauté estudiantine africaine d’Ukraine.

Nous nous sommes entretenus avec quelques membres de cette grande communauté estimée environ à 10 000 étudiants. Comment vivent-il cette crise de l’intérieur ? Quel est l’impact de ces évènements sur leur vie de tous les jours ?

Depuis deux ans, Peter Béa vit à Dnipropetrovsk une ville du centre de l’Ukraine. Ce jeune étudiant guinéen explique qu’il ne parvient plus à bien se concentrer sur ces cours depuis le début de ces évènements « comment veux-tu que je puisse me concentrer sur mes cours avec cette escalade pas loin de moi; ces images d’hommes armés jusqu’aux dents en Crimée à moins de 24 heures de bus d’où je vis, des images qui tournent désormais en boucle sur toutes les grandes chaines d information ».

« Vivement la fin de cette crise » s’écrit pour sa part Lucie étudiante congolaise vivant à Kharkiv; ville russophone de l’est du pays. « Je ne suis pas du tout rassurée quant à ce qui se passe autour de moi. Il est difficile de joindre les deux bouts dans ce pays en temps normal à plus forte raison en temps de crise, car c’est cela aussi la particularité de ce pays. Même les Ukrainiens peinent à trouver du travail à plus forte raison nous les étrangers ».

Quant à Mohamed Traoré un autre étudiant expatrié ce qui le préoccupe le plus c’est l’aspect linguistique. En effet dès leur arrivée les nouvelles autorités ukrainiennes se sont empressées de supprimer l’usage officiel de la langue russe dans les régions à majorité russophone. « Comment allons nous faire ? nous qui ne comprenons que le russe, nous qui avons consacré une année à la faculté préparatoire ? Ce sont des questions que l’actualité ukrainienne m’amène à me poser car  la grande majorité des étudiants expatriés africains d’Ukraine  ont appris  la langue russe à la faculté préparatoire ».

« Pas question de rentrer chez moi sans diplôme quelque soit ce qui arrive » rétorque pour sa part Adilson un étudiant angolais en télécommunications qui m’explique tout ému les sacrifices consentis par ses parents pour lui permettre de poursuivre ces études en Ukraine. Le jeune étudiant raconte la grande inquiétude de ses parents quant à l’évolution de la situation  » Mes parents m’appellent parfois plus de cinq fois par jour, ils sont eux aussi vraiment inquiets. J’essaye de les rassurer au mieux que je peux, mais je t’avoue que ce n’est vraiment pas chose aisée.

Tous ces étudiants ont en commun un voeu celui de voir les choses rentrer vite dans l’ordre ce qui leur permettra affirment-ils unanimement de poursuivre sereinement leur formation supérieure au pays de la vodka et du vinok.

A bientôt j’espère !

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

16 thoughts on “Ukraine : inquiétudes et craintes de la diaspora estudiantine africaine

  1. On a tous une Pensée pour toi Mamady et des étudiants Africains d’Ukraine en cette Période Trouble de Bouleversements.Que le Calme revienne au plus vite.

  2. La situation est dramatique en effet, j’avais un frère en Ukraine jusqu’à pas très longtemps, bon il est reparti.
    Le joueur du Shaktar Donetsk et de la seleção brasileira, Bernard, a affirmé vouloir quitter le pays avec sa famille. Il a deja donné des consigne à l’ambassadeur du Brésil en Ukraine…
    terrible situation !

  3. Couragee Mamady. Dire que hier quand j’ai constaté la présence de ton billet, c’était après des discussions avec une amie qui a son frère de ce côté. Elle était vraiment inquiète pour lui. En tout cas, du courage!

  4. Merci pour ce compte-rendu de l’intérieur, Mamady. On espère que tout ça va s’arranger très vite pour ces étudiants et les Ukrainiens en général.
    Évidemment, depuis le début de la crise, on pense tous à toi. Bon courage.

  5. Heureux d’avoir de tes nouvelles Mamady depuis que j’ai posé la question dans le groupe secret mondoblogueurs.

    Courage l’ami, je crois que ça va s’arranger! Tu n’es pas en Crimée j’espère?

      1. slt frère je suis Adam Hamadou étudiant gabonais en génie civil 2 j’ai obtenu la lettre d’invitation pour venir poursuivre mes études en Ukraine, j’ai un contact à dnepropetrovsk et c’est lui qui m’a envoyé la lettre mais lui ne parle que anglais et je maîtrise pas vraiment cette j’aurai donc besoin de votre aide vu que je serai là bas dans 2 semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *