Hitcher III : Sur les routes d’Ukraine

Autostop en hiver flickr

Je me rappelle encore de mon prof de sixième année nous racontant la triste histoire de Galilée qui jusqu’au bout a soutenu des thèses inacceptables à l’époque par l’église. Et Oui au péril de sa vie. Puisque d’après mon professeur Monsieur Yaya Kaba à qui je ne dirai jamais assez merci, le mythe veut que Galilée ait découvert lors de ces travaux que « la terre est ronde et qu’elle tourne autour du soleil ». Théorie que ne pouvait admettre à l’époque l’Église, car non conforme à ce que disent les Saintes Écritures. Malgré toutes les menaces et les condamnations le mythe voudrait que le savant soit toujours resté fidèle à sa théorie « et pourtant la terre tourne ».

Mais bon cette histoire vous la connaissez tous. C’est une autre du genre mais bien plus joyeuse que je vais vous raconter dans ce billet. Une anecdote qui m’a été compter la semaine dernière par une de mes meilleures amies ukrainiennes Lida.

Route 66 aux USA…l’insécurité sur l’autoraute 66 rappele un peu les routes ukrainiennes.

Lida a toujours eu un faible pour les voyages, les innovations et les aventures. Et comme la plupart des voyageurs des temps modernes elle fait recours parfois au phénomène d’auto-stop. Pour ce qui ne connaisse pas, c’est un moyen de transport économique, où le voyageur cherche à se faire transporter par le véhicule d’un automobiliste ou d’un camionneur.

En ce jour, la jeune ukrainienne a pour objectif se rendre à Odessa la mégapole du sud de l’Ukraine. Comme d’habitude ces dernières semaines un trottoir, un index tendu vers l’avant, un automobiliste qui s’arrête et c’est parti.

Tout commence bien ce samedi. Il fait beau, pas trop froid comme lors des 6 derniers jours. Après 10 min d’attente, la chance sourit à la belle demoiselle. Le conducteur d’une Mercedez s’arrête et accepte de l’amener à Odessa.

Qui est ce conducteur sur le chemin de la belle Lida ce samedi ?

C’est parti pour une nouvelle aventure et une conversation qui s’annonce des plus banales. Quelques minutes de route permettent à la jeune fille de savoir que son bienfaiteur s’appele Igor. Il est employé d’une société qui fait de l’import à Odessa la grande ville portuaire du sud de l’Ukraine. Après quelques minutes de trajet c’est l’impasse dans la Mercedez d’Igor. Le jeune homme tente par tous les moyens de convaincre Lida que la terre est plate.

Je suis sûr que la plupart des choses que l’on enseigne à l’école et dans les universités c’est pour nous éloigner le plus possible de la vérité. Tiens par exemple je sais que la terre est plate et non ronde comme le veut la plupart des manuels scolaires actuels… lance Igor à un certain moment de la conversation.

Quoi ? s’étonne Lida; elle qui a toujours appris à l’école le fait que la terre est une sphère aplatie aux pôles.

On nous cache des choses…mais moi je suis prêt à me battre pour ce en quoi je crois … enchaine Igor avant d’ouvrir le petit sac qu’il porte sur lui et de faire sortir une arme. Un pistolet, un vrai.

Une grande peur s’empara de la jeune ukrainienne qui pendant quelques minutes voyait sa vie défiler sous ses yeux. Son corps se raidissait et elle  arrivait à peine à respirer.

Il faut dire que l’insécurité bat son plein sur les routes en Ukraine. Une situation encore aggravée par la guerre dans l’est du pays, et l’alcoolisme de certains conducteurs. Des raisons qui expliquent la peur de la jeune ukrainienne. Qui sait …peut-être Igor est en réalité un bandit, un malfrat …? se dit-elle tout bat

Ce rebondissement inattendu ôte à Lida toute envie de contredire la théorie de la terre plate car me confie-t-elle « je n’avais  aucune envie de finir comme Galilée dans le mythe que tout le monde connait… »

« À la place du contre-argument je n’ai fais que sourir à Igor et acquiescer sa théorie, malgré que de loin je n’étais pas d’accord. Pour moi le plus important est le fait que je sois arrivé à Odessa saine et sauve… »

Comme pour dire qu’on n’est jamais assez prudent. Un commentaire, une réaction c’est juste en dessous… A bientôt j’espère.

Phillipe Dacruz et Mamady Keita

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *