Ukraine : guérisseurs une espèce en voie de disparition !

Plantes utilisées par les guérisseurs. Crédit photo Phillipe Dacruz

L’horizon s’obscurcit un peu plus pour les guérisseurs populaires en Ukraine. Le ministère de la Santé prévoit d’initier un débat public sur la profession. En attendant les résultats de ce débat tant attendu, le ministère envisage temporairement de refuser d’enregistrer les nouveaux guérisseurs. Plus de nouvelles licences : l’objectif est de mettre fin à l’activité des escrocs et affairistes qui se faufilent très souvent dans ce milieu et abusent de la faiblesse des patients.

Du côté des experts et des médecins, l’idée de ce débat public est accueillie favorablement. Anna Ivanova est pédiatre dans un hôpital de Cherkassy : pour elle cette initiative est de très bon augure.

« Il est impossible de garantir l’efficacité et la sécurité des méthodes de traitement et le diagnostic des médecins traditionnels » lance-t-elle. Elle ajoute ensuite : « mieux vaut mettre sa vie et sa santé dans les mains d’un médecin qui a fait des études spécialisées et dont les méthodes sont garanties ».

Plantes medicinales. Crédit photo : Phillipe Dacruz

En Ukraine les guérisseurs tirent leur savoir-faire de « l’expérience de plusieurs générations de personnes et de traditions populaires établies » explique le service de presse du ministère de la Santé qui poursuit, « le problème est que les critères pour vérifier et confirmer cette expérience, ce savoir-faire ne sont pas bien définis ».

Il n’existe pas de chiffres officiels récents en Ukraine sur les guérisseurs. Mais pour Artem guérisseur traditionnel depuis 7 ans là n’est pas le problème. Pour lui, « la crédibilité d’un guérisseur se construit. Nous avons des clients parce que nous aidons d’autres personnes. Quand vous aidez et soignez une personne, cette personne en parle autour d’elle. C’est comme de la publicité pour vous. Et tout cela se construit plusieurs années ».

Pour Alexandr Katrenko un autre guérisseur au lieu de mettre les bâtons dans les roues des guérisseurs, ce serait mieux de créer un site et d’enregistrer tous les guérisseurs et les encadrer.

« Nous avons des savoirs et parfois on parvient à faire des miracles là où la médecine moderne ne peut plus rien faire. De toute façon les gens viendront nous voir. C’est pourquoi mieux vaut nous encadrer et faire en sorte que des escrocs et affairistes ne s’infiltrent pas et ne ternissent l’image des guérisseurs » explique Alexandr Katrenko.

Médicaments traditionnels. Crédit photo : Phillipe Dacruz

Malgré tout, le ministère de la santé ukrainienne est catégorique « la procédure actuelle de certification des guérisseurs ne permet pas de garantir la sécurité des méthodes utilisées par ces derniers. Quant aux permis déjà délivrés ils représentent un danger potentiel pour les citoyens » peut-on lire dans le communiquer.

L’opinion publique attend avec impatience ce débat. D’ailleurs plusieurs journaux prévoient de lancer le débat sur ce sujet qui fera couler certainement beaucoup d’encre et de salive. Et chez vous quel est le statut des guérisseurs dans votre pays ? Que pensez-vous de la médecine traditionnelle en général ? Vos commentaires et réactions sont les bienvenus.

Par Phillipe Dacruz et Mamady Keita

The following two tabs change content below.
keitamamady
Né en 1990 à Conakry, capitale de la Guinée, je suis étudiant à l’Université Nationale des Mines de Dnipropetrovsk (Ukraine). Passionné de journalisme et d’écriture, j'ai travaillé deux ans comme collaborateur au groupe de presse L’indépendant-le Démocrate. Je suis également le coordonnateur du club RFI d’Ukraine.

One thought on “Ukraine : guérisseurs une espèce en voie de disparition !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *